Nous avons 49 invités et aucun membre en ligne

logo_ird.jpg

TA Lamine Ridha

 

 

Lamine Ridha : Réseaux d’acteurs et configurations spatiales pour une approche réticulaire des espaces des sociétés

 

 

Introduction

 

 

 

L’objet de ce texte est un essai d’interprétation des espaces29 des sociétés en tant que configurations spatiales résultant des actions d’acteurs organisées en réseaux de deux dimensions. Une dimension sociale d’acteurs individuels ou collectifs dans des situations d’interdépendance découlant de l’intensité et de la complexité des liens qui les lient. Et une deuxième dimension spatiale étroitement imbriquée dans la première et qui se rapporte aux réseaux de nœuds, centres, axes, routes, itinéraires et trajectoires qui sont les supports matériels et immatériels des relations sociales qui fondent les réseaux d’acteurs. L’hypothèse sur laquelle repose cette interprétation suppose que la compréhension des configurations et des reconfigurations des réseaux dans leurs dimensions spatiales nécessite la compréhension des actions des acteurs organisés en réseaux rendant possibles leurs coopérations, partenariats, concurrences, conflits et autres modalités de leurs interdépendances en société.

En d’autres termes, les lieux dans lesquels s’organise la vie en société et par lesquels transitent les divers types de flux matériels et immatériels sont supposés être fabriqués par les liens qui se nouent entre les acteurs sociaux. Cette interprétation qui privilégie la dimension sociale des réseaux d’acteurs ne nie nullement les effets hérités des fabriques antérieures de lieux par d’autres actions d’acteurs en réseaux et qui influencent les modes de fonctionnement de ces réseaux sociaux. Tout comme la socialisation des acteurs ne se fait pas en dehors des réseaux sociaux déjà existants, on suppose aussi que leur « spatialisation » se fait aussi dans, et en fonction, de réseaux de lieux issus d’actions anciennes.

Si cette hypothèse mise sur le caractère volontaire et stratégique des acteurs sociaux dans la configuration et la reconfiguration continue de leurs espaces d’action et d’interaction, elle n’exclut nullement les effets non intentionnels des actions d’acteurs ou d’agents qui, en agissant, peuvent viser des objectifs précis comme ils peuvent déclencher des effets en chaîne sur d’autres acteurs ou agents qu’ils n’ont pas volontairement programmés ou planifiés en vue d’objectifs précis30. Toutefois, la question des effets non intentionnels des actions sociales et de leurs effets spatiaux reste totalement posée et elle ne sera pas abordée dans ce texte.

En vue d’expliciter cette hypothèse, ce texte propose une interprétation de deux modalités de configurations spatiales classiques en géographie humaine et qui sont d’une part, les réseaux de transport et de communication et d’autre part, les réseaux urbains et les réseaux de villes.

A travers ces deux modalités de configurations spatiales réticulaires, il s’agira de montrer comment les lieux des différents réseaux qui structurent ces configurations sont fortement marqués par les actions anciennes et présentes des acteurs sociaux qui, en vue d’atteindre leurs objectifs, misent sur la mobilisation de leurs ressources en capitaux spatiaux et sociaux divers. Ils misent surtout sur les potentialités différentielles des lieux et des espaces et qu’ils connaissent par leurs maîtrises des savoirs et des savoir-faire avec l’espace et qui sont variables d’un type d’acteur à un autre. Le mode de fonctionnement en réseau que les agents et les acteurs sociaux développent nécessairement dans la dimension sociale de ce réseau est supposé être forcément supporté par un mode de fonctionnement spatial réticulaire via les routes, les voies de chemin de fer, les gares, les aérogares, les ports et autres nœuds de transport et de communication en fonction desquels s’organisent les relations d’interdépendance entre les acteurs sociaux.

 

Publications

  • Territoires d’Afrique
    Numéro 1 :Aménagement du territoire et reconfigurations des espaces ouest-africains Vers de nouvelles dynamiques ?

    Lire la suite...  
  •  

    Territoires d’Afrique
    Numéro 2: Concilier les concepts avec le nouvel environnement
    Juin 2011

    Lire la suite...  
  •  

    Territoires d’Afrique
    Numéro 3 : Contraintes environnementales et
    aménagement du territoire

    Lire la suite...  
  •  

    Territoires d’Afrique
    Numéro 4: Enjeux fonciers et dynamiques des
    rapports sociaux en milieu rural
    ouest-africain

    Lire la suite...  
  •  

     

    Territoires d’Afrique
    Numéro 5:Nouvelles politiques foncières,
    nouveaux acteurs : des rapports

    Lire la suite...